Tutos

Photo de nuit

By 20 juillet 2016 Pas de commentaires

La photo de nuit est un exercice qui exige un peu de préparation et permet parfois d’obtenir des résultats très intéressants. Cette article présente quelques petits conseils afin de faciliter la réussite de photos de nuit, voire à  l’heure bleue (même technique)

Exemples

Quelques exemples de prises de vue nocturnes:

15498185627_617f22c7e3_z

arbre de Venon

Manhattan Skyline

Préparation, matériel

Pour la réalisation de ce genre de clichés, quelques trucs facilitent le travail:

  • utiliser un trépied! « “ la nuit, il y a moins de lumière »¦ ce qui se traduit par des temps d’exposition plus longs, les photos sont souvent irréalisables à  main levée. Du coup, il est nécessaire de « poser » son appareil pour éviter le flou de bougé. En l’absence de trépied, un sac de riz permet de positionner l’appareil de façon convenable, à  condition toute fois de disposer d’un endroit un peu en hauteur pour poser l’appareil
  • la frontale « “ ou toute autre lampe, car il faut bien y voir quelque chose. pour les sorties nocturnes en pleine nature, bien penser à  repérer les lieux à  l’aller car dans le noir, il n’est pas toujours évident de retrouver son chemin! Certaines frontales proposent des clapets rouges qui se rabattent sur la led, l’avantage de la lumière rouge est qu’elle ne dilate pas la pupille, du coup, on n’est pas ébloui par la lumière une fois que cette dernière est éteinte.
  • couvrez-vous « “ les nuits peuvent être froides, pensez aussi à  l’anti-moustique au cas où, c’est souvent à  l’heure du repas des moustiques qu’on fait les plus belles photos
  • usage de la télécommande « “ filaire ou IR, la télécommande permet de ne pas « bouger » l’appareil lors de déclenchement et donc d’avoir une photo plus nette. Si vous ne disposez pas de ce type d’accessoire, il est aussi possible d’utiliser le retardateur « “ certains reflex proposent des temps de 2 secondes, histoire de ne pas passer sa soirée à  attendre
  • pour les poses longues, voire très longues, en mode bulb, un chrono ou une montre permettent de terminer la prise de vue au moment souhaitée « “ voire plus bas une méthode de calcul de la durée d’exposition

Mise au point

C’est sans doute un des points les plus problématiques, comment faire sa mise au point dans le noir, quelques solutions

  • si le sujet est proche, ou si l’on souhaite inclure un premier plan dans la composition, il est possible d’utiliser le flash pour faire le point, ou une lampe assez puissante pour éclairer le sujet
  • si il y a des lumières lointaines dans la composition, il est possible d’accrocher l’autofocus sur l’une d’elle. L’autofocus marchant souvent à  la détection des contrastes, on peut aussi viser une ligne de crête si le ciel est encore un peu lumineux
  • dernier recours enfin, désactiver la mise au point automatique et régler manuellement le point sur l’infini. Une ouverture réduite permettant ensuite de bénéficier d’une profondeur de champ raisonnable

Focale et calcul du temps d’exposition

Les 3 variables (ouverture, temps d’exposition et sensibilité du capteur) sont importantes dans ce genre de prises de vue.

la nuit, pour améliorer la qualité des photos, il faut éviter de trop « diaphragmer » (éviter les ouvertures de type f/22) car cela met en évidence les phénomènes de diffraction qui nuisent à  la netteté, surtout quand il y a des sources lumineuses dans la composition (étoiles, éclairage publique distant »¦). Le mieux est de privilégier une ouverture autour de f/8 car c’est généralement à  cette ouverture que les objectifs proposent la meilleure équation optique et le meilleur piqué

Idem pour les ISO « “ la sensibilité du capteur. Au plus la sensibilité est élevée, au plus le capteur sera sensible au bruit »¦ et la situation empire avec la durée de l’exposition! Le meilleur moyen de limiter le bruit toutefois est de réduire la sensibilité du capteur.

Cas simple

Pour éviter de se tirer les cheveux, on peut régler l’exposition sur 30 secondes, laisser l’appareil déterminer les autres paramètres et croiser les doigts.

Exposition longue

Il est possible cependant d’aller plus loin et de choisir certains paramètres, puis calculer les autres:

Le problème est de calculer le temps d’exposition nécessaire à  une bonne exposition, en considérant que les deux premiers paramètres (ouverture et sensibilité) sont définis »¦ pour cela, un peu de technique:

F-stops

Si l’on considère qu’un f-stop correspond à  un facteur 2 de lumière, on obtient les « suites » suivantes:

Ouverture: f/1 « “ f/1.4 « “ f/2 « “ f/2.8 « “ f/4 « “ f/5.6 « “ f/8 « “ f/11 « “ f/16 « “ f/22

Si l’on prend deux éléments successifs de cette suite (par exemple f/2 et f/2.8), il faudra une exposition deux fois plus longue pour que le capteur reçoive la même quantité de lumière avec la seconde valeur. Par exemple, une exposition correcte à  f/2.8 pour 20 ms prendra 40 ms à  f/4

Si cela parait barbare de prime abord, il existe néanmoins un « truc » pour les retenir facilement, il suffit de connaitre les deux premiers f/1 et f/1.4 puis des les multiplier par 2 pour retrouver toute la série en alternant les produits (exception faite pour f/11 bien sùr  )

Ouverture

Bien qu’il existe des vitesses intermédiaires, les valeurs de référence sont:

Vitesse: 1/8000 « “ 1/4000 « “ 1/2000 « “ 1/1000 « “ 1/500 « “ 1/250 « “ 1/125 « “ 1/60 « “ 1/30 « “ 1/15 « “ 1/8 « “ 1/4 « “ 1/2 « “ 1s »¦

ici, c’est beaucoup plus simple puisque si on divise le temps par 2, on réduit par autant la quantité de lumière qui atteint le capteur

Sensibilité

On peut définir la sensibilité du capteur et là  encore, l’appareil peut proposer des valeurs intermédiaires

Sensibilité (en iso): 100 « “ 200 « “ 400 « “ 800 « “ 1600 « “ 3200 « ¦

Plus les iso sont grands, plus le capteur est sensible. Entre deux valeurs consécutives, un facteur de deux s’applique sur la quantité de lumière. l’équivalent d’une photo exposée 1/50 à  100 iso aura besoin de deux fois moins de temps (soit 1/100) à  200 iso

Pratique

Un peu de pratique maintenant »¦ pour effectuer une exposition longue, faire un premier essai en priorité ouverture avec ouverture au maximum (f/ le plus petit possible) et sensibilité max (iso le plus élevé). Le boitier se charge alors de calculer le temps d’exposition approprié.

Imaginons que le temps d’expo est alors de 10 secondes (à  f/2.8 et 1600 iso).

pour éviter le bruit, on souhaite descendre la sensibilité à  200 iso et pour privilégier le piqué, on souhaite refaire la photo à  f/8

comptons alors le nombre de stops pour l’ouverture et la sensibilité:

Ouverture (défini) – de f/2.8 à  f/8, il y a 3 stops (f/2.8 « “ f/4 « “ f/5.6 « “ f/8)

Sensibilité (défini) – de 1600 à  200 iso, il y a 3 stops aussi (1600 « “ 800 « “ 400 « “ 200)

Il faut donc « compenser » l’ouverture de 6 stops et multiplier le temps d’exposition par 2 autant de fois:

Exposition (calculé) – 10 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2 x 2 = 640 secondes soit 10 minutes et 40 secondes « “ c’est là  qu’un minuteur devient utile .

On passe alors en mode manuel, on applique les paramètres f/8 « “ 200 iso, mode bulb (ouverture et fermeture manuelle, la télécommande filaire s’impose)

Conlusion

La photo de nuit prend du temps et de la patience »¦ c’est quelque chose qui peut facilement finir de vous fà¢cher avec votre famille! mais cela vaut parfois le coup.

SF by night

Commenter