Histoire d'une photoNews

HDP 19. Nastassja Kinski and the serpent/ R. AVEDON : le portrait

Nastassja Kinski and the serpent : R. Avedon ; Le Portrait.

 

S’il est une discipline centrale de la photo, c’est bien celle du portrait. Quoi de plus évident, alors, que de choisir cette image emblématique pour illustrer cette nouvelle HDP. De la simplicité, beauté et grâce associées à un animal tout à fait rebutant voire effroyable pour réaliser une image intemporelle d’un instant magique, tout en symboles.  La patience mais surtout une chance extraordinaire sont au rendez-vous, sublimant ainsi la scène. Sont réunis ici deux « stars » des années 80 (exactement le 6 juin 1981) : Nastassja Kinski actrice tourmentée d’une réelle beauté et Richard Avedon (Dick) photographe de mode qui a révolutionné ce monde avec son style si reconnaissable.

Cette image en Noir et Blanc révèle une femme allongée sur le sol, le fond est uni,  et est uniquement vêtue d’un bracelet blanc  (ivoire de  Patricia Von Musulin) au poignet gauche. Fait remarquable, elle est enlacée par un boa dont la langue entre en contact avec son oreille.
Cette image de 81.3 X 124, 5 cm a été tirée en 200 exemplaires et un des tirages a été vendu en 2008 chez Christie’s pour la somme de 74 500 Dollars…

Une rencontre. Diana Vreeland rédactrice en  chef de la revue US Vogue décide d’avoir en couverture du magazine La femme du moment, l’héroïne de Tess  réalisé par Polanski : Nastassja Kinski. Pour ce faire elle fait appel à R. Avedon. Ce photographe de renom portraitise toutes les stars du moment. Sa passion pour cet art débute très jeune, vers 10 ans quand son père lui offre un Kodak Brownie son premier appareil. Son premier modèle : S. Rachmaninov son voisin… Après guerre il s’engage dans la marine marchande où il va faire les photos d’identité des marins.
Sous la houlette d’Alexey Brodovitch il intègre le journal Harper’s Bazaar tout en montant son propre studio. En 1962 il sera un des piliers de la rédaction en composant de nombreuses couvertures. Il shoote tout le gratin américain mais aussi français mais n’oublie pas pour autant  les travailleurs ou opposants politiques (1964 : Nothing personnal). De passage en France en 1955 il réalisera sa célèbre image « Dovima et les éléphants », Dovima portant une robe d’un tout jeune créateur de Dior, un certain Yves St Laurent… le prix chez Christie ‘s en 2010 : 841 00 €. Il collaborera longtemps au journal français « Egoïste », ce qui fait de lui une célébrité nationale.
On connait Avedon aussi par ses portraits  psychédéliques des Beatles.
En 1979 il va démarrer une série de portraits d’américains, de travailleurs tels qu’ils sont en lumière naturelle à l’origine du livre « In the american west »

Les calendriers Pirelli vous connaissez, 95 et 97 c’est lui.

Que dit-il de son travail :

« J’ai toujours une préférence pour le travail en studio. Il isole les gens de leur environnement. En un sens, ils deviennent des symboles d’eux-mêmes. »

« J’ai souvent travaillé autour du non, non à une lumière trop recherché, non aux compositions évidentes, non à la séduction de certaines poses et certains sujet. »

« Un portrait photographique est l’image d’une personne qui sait qu’elle est photographiée. Une séance de pose est un échange d’émotion, l’image surgit de la rencontre de ces émotions. »

« Un portrait n’est pas une ressemblance. Dès lors qu’une émotion ou qu’un fait est traduit en photo, il cesse d’être un fait pour devenir une opinion. L’inexactitude n’existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d’elles n’est la vérité. »

 

                                                                                                                                           

Cococ chanel

On reconnait aisément la pate du photographe au fait que le fond soit blanc, le portrait est plein cadre regardant l’objectif, l’éclairage est souvent le fait d’une  lampe unique saltzman de 1500 W ou d’une torche Elinchrome avec des parapluies Balcar. Son matériel lui permet de réduire la durée du flash de façon à figer une expression. Il va révolutionner les codes de la photo de mode (très académique sans expression) en faisant danser les modèles ou en ajoutant des accessoires  par exemple. Il était d’une précision chirurgicale quand à l’éclairage, la pause (il pouvait rester sans rien dire attendant que le modèle se révèle) ou les différents réglages.  Il pouvait être très cruel et montrer toute son aversion vis-à-vis de la personne à photographier comme pour coco chanel ce qui fit dire Kissinger à Avedon : « Be kind to me = soyez gentil avec moi » avant de se faire « tirer le portrait ».
Enfin « Dick » avait un retoucheur à qui il donnait un tas de consignes de développement : l’ancêtre du post traitement en somme.

Cette image donc est la résultante de plusieurs heures de travail. N. Kinski et R. Avedon s’attelle à cette image depuis deux heures environ manquant un peu d’inspiration. Le photographe se demande alors quel accessoire utiliser pour sublimer l’image. La jeune femme propose alors un serpent…. Un boa est alors amené et plusieurs heures passent à « dresser » le serpent pour venir sur N. Kinski restant allongée immobile et nue sur le sol. Tout à coup, l’animal se décide enfin à remonter totalement le corps du modèle, son visage reste imperturbable et impassible. Durant sa progression plusieurs clichés sont pris jusqu’au moment où la langue du serpent vient toucher l’oreille ; Clic clac c’est la bonne image.

Prise probablement au Rolleiflex 2.8 le recadrage sera en format paysage, dans ce qu’on appelle un plan italien (coupé sous le genou).
L’éclairage se fait part une unique source, probablement de grande taille ou munie d’un diffuseur, à même le sol coté tête du modèle. Les ombres sont tres douces mettant en valeurs les courbes du corps. Le visage est plus illuminé que le bas du corps. Les tonalités vont de blanc pur avec le bracelet qui a une taille juste suffisante pour ne pas prendre  le dessus sur la plastique corporelle aux tons sombres des taches du boa ou de la cuisse.
On peut observer un triangle posé sur sa base avec le bras et la tête qui associé au visage sans peur procure une certaine sérénité et stabilité. En son sommet le fait marquant de la langue du serpent dans l’oreille de N. Kinski.
On pourrait opposer la partie gauche du cliché tout en rectitude (femme et serpent) et le coté droit tout en courbes gracieuses.
Il existe de nombreux contrastes :
De couleur et de tons avec l’homogénéité de la peau de la femme et celle toute en « taches » du serpent,
De texture : lisse versus écailles
De concept : impassibilité / frayeur.
Deux symboles coexistent sous nos yeux : celui mythique d’Eve et du serpent avec toute cette notion du péché et de tentation et celui, plus phallique avec le serpent. Cette dualité en fait une image très érotique alors que factuellement le cliché ne montre rien dans ce sens…

Voilà donc comment entrer dans le monde des photographes de portrait. De la simple identité législative ou judiciaire à l’expression d’un trait de caractère à mettre en évidence, il existe un large éventail de possibilités. A cela s’ajoute le savoir faire du photographe. On peut ainsi passer en revue quelques uns de ces artistes anciens ou contemporains :

Ceux dont l’éclairage est une marque de fabrique comme Mapplethorpe et son split, H. Newton et son paramount ou bien Terry Richardson et son éclairage facial ou notre fameux studio Harcourt avec la lentille de Fresnel et le fond si particulier…

Ceux qui souhaitent apporter un plus comme Arnold Newman qui intègre le modèle dans son propre monde, Herb Ritts qui s’inspire des sculptures grecques ou Horst P Horst qui travaille plus la composition et la lumière que le modèle…

Et parmi les jeunes ? Quelques pépites en écrivant cette rubrique :

Manny Librodo dont Scott Kelby dit de lui qu’il a un œil phénoménal,
Aida Muluneh qui peint ses modèle en les intégrant dans l’environnement,
Eric Lafforgue toulousain et à la fois ethnologue et artiste.

Je vous laisse découvrir leur site et prendre autant de plaisir que moi…

Manny librodo photography sur FB

http://www.ericlafforgue.com/

https://www.aidamuluneh.com/

https://galerie-photo.com/avedon-bernard-birsinger.html

https://www.womanlynews.com/woman/2020/05/14/when-avedon-shot-nastassja-kinski-and-a-boa-constrictor/

https://www.lense.fr/news/revisons-nos-classiques-richard-avedon/

https://sites.google.com/site/grandsphotographesdu20eme/avedon-richard